Bisexuakecé ?

 

Salut à tou.te.s !

Hier, c’était la journée internationale de la bisexualité, un jour consacré à la visibilité des personnes bisexuelles afin de parler de manière libérée de cette orientation souvent mal comprise.

8137742598fc770cd9e60cb30a4049972a7308cc00223d9cc7e1bb5e0f5d5c78

Me in a nutshell.

C’est donc l’occasion pour moi de tenter de vous expliquer un peu ce qu’est la bisexualité, ce que ce n’est pas, les problèmes qu’on peut rencontrer en tant que personne bisexuelle, etc. C’EST PARTI, VIENS DONC DÉCOUVRIR CE MONDE MERVEILLEUX !

Être bisexuel.le, en vrai c’est quoi que c’est vraiment.

Parce que comme ça on pourrait croire que c’est simple à comprendre mais en fait, pas tout à fait. La définition qui englobe selon moi le mieux toutes les formes de bisexualités, c’est celle-ci :

La bisexualité, c’est être attiré.e sexuellement par les personnes de son genre et d’un autre genre.

La binarité du préfixe « bi » ne se trouve pas tant dans « les zoms et les fâmes », mais peut-être plus dans »les gens comme moi et les autres ».

J’sais pas si vous saisissez franchement la nuance. Pour la comprendre un minimum, il faut être familier.e avec la question de la transidentité et tout particulièrement les personnes non-binaires. J’vais essayer de pas m’épancher mais EN GROS, dans la vie y a :

  1. les femmes (cis ou trans)
  2. les hommes (cis ou trans)
  3. les personnes non-binaires : des personnes qui ne s’identifient ni comme des femmes ni comme des hommes mais qui se situent autre part sur le spectre du genre (entre les deux, les deux en même temps, ni l’un ni l’autre, nulle part, 80% femme/20% homme, un coup l’un un coup l’autre, etc, le spectre est vaste)

Bref, du coup, vous voyez où peut se situer le problème de penser qu’être bi c’est « être attiré.e par les deux » (c’est généralement comme ça que c’est présenté). Mais y a pas que deux genres, alors COMMENT ON FAIT ? (Et si vous pensez que les personnes NB (non-binaires) sont pas suffisamment nombreuses pour se poser cette question, sachez que certaines personnes (genre moi) sont amenées à fréquenter les milieux LGBT où les personnes NB sont plus visibles.)

Pour pallier ce problème, il existe un terme relativement récent et dont les gens n’ont pas forcément entendu parler : la pansexualité.

tumblr_inline_nvvn7mudez1t91e9b_500

Bisexualité et pansexualité, y a-t-il vraiment une différence ?

Enquête exclusive avec : moi.

Pourquoi continuer d’utiliser le terme « bisexuel.le » alors qu’il en existe un qui n’exclue personne ? Être pansexuel.le signifie que l’on est attiré.e sexuellement par une personne, indifféremment de son genre. (Encore une fois c’est une définition qui va rencontrer des nuances selon les gens hein.)

Pour autant, il y a des gens (moi par exemple), qui continuent à utiliser le terme « bisexuel.le », alors qu’elles ne rejettent absolument pas la non-binarité (j’vous aime mes bébés NB). Voici une vidéo réalisée par Margot de Vivre Avec qui répond partiellement à la question.

C’est toujours mieux quand c’est des personnes concerné.e.s qui en parlent, donc profitez-en. ♥

Plusieurs raisons peuvent être retenues :

  1. La « facilité » : les gens comprennent plus facilement le terme « bisexuel.le » et sont plus compréhensif.ve.s.
  2. Le premier terme rencontré : le jour où on a pu établir quelle était notre sexualité, généralement on est tombé.e.s sur le terme de bisexuel.le.s avant tout autre et comme on des gens sensibles, le sentimental joue, et on garde ce terme.
  3. Le genre COMPTE dans l’attirance : contrairement à la pansexualité, où l’attirance sexuelle ne va être que très peu voire pas influencée par le genre, être bi.e c’est inclure le genre dans les choses qui nous attirent chez la personne.
  4. Homme et femme sont les deux extrémités d’un spectre : sans mettre de côté les personnes intersexes (dont les caractéristiques sexuelles ne permettent pas d’établir clairement si elles sont « femelles » ou « mâles ») ni les personnes NB, on peut quand même imaginer qu’une personne se place sur un spectre qui comporte deux « fins » qui sont les deux plus généralement identifiés et donc que le préfixe « bi » sous entend tout le trajet d’un bout à l’autre de ce spectre. (C’est une vision matérialiste du genre en l’occurrence, vision sur laquelle je ne m’exprimerai pas mais qui est loin d’être partagée par tou.te.s, sachez-le.)

Bisexualité et pansexualité sont donc cousines et libre à chacun.e d’étudier ce qui lui convient le mieux et de choisir le terme qui lui correspond (ou de ne pas choisir de terme, parce qu’on n’est pas obligé.e.s de le faire, rappelons-le).

Bref, j’espère que vous êtes déjà un peu plus informé.e.s d’un point de vue définition, et que vous avez même appris des trucs.

giphy

Moi quand je réussis à apprendre des trucs

NotaBene : je n’utiliserai donc que le terme de bisexualité pour la suite de cette article, mais dans la majorité des cas, les pans sont également concerné.e.s par ce que je vais raconter. No offense !

 

Biphobie, clichés et autres trucs pas cools qu’ils sont pas beaux.

J’vais maintenant essayer de vous parler des problèmes que l’on peut croiser sur sa route quand on est ouvertement bisexuel.le.

« Tu préfères les meufs ou les mecs ? »

Que je sois plus attiré.e par les filles ou par les garçons ne regarde que moi, déjà, et ensuite, quelque soit la réponse, ça ne rend pas illégitime le fait que si je me revendique « bie », c’est que : je le suis. Parce que NON MAIS OH j’suis quand même la mieux placée pour le savoir, non ?

b397361fc989c2bdf2a80a0084e93979

Tout est dit.

(Petite précision par rapport à cette image. L’idée n’est pas de dire que si vous avez déjà eu telle ou telle expérience avec tel ou tel genre, alors vous êtes bi.e.s. L’idée c’est qu’il n’y a que vous qui puissiez vous revendiquez bi même si vous n’avez expérimenté qu’une relation sexuelle avec un seule genre et inversement, si vous ne voulez pas vous revendiquer bi malgré des expériences multiples, ce n’est bien sûr et heureusement pas une obligation.)

« Mais du coup, t’es moitié hétéro moitié homo ? »

Je vous répondrai « mais du coup vous êtes à moitié hétéro et à moitié rien ? »

Ni l’un ni l’autre en fait. Être bi, c’est une orientation à part entière.

Ceci dit, les personnes bies sont parfois rejetées au sein de la communauté LGBT+ (et oui, le B, il est pour nous, remember ?), parce qu’on est un peu des traitre.sse.s vu qu’on est quand même un peu hétéro, hé. Mais non vraiment, être bi.e, ça n’est pas être hétéro.

Certes, si on est dans une relation hétérosexuelle, on est partiellement protégé.e.s aux yeux de la société. Mais il suffit d’assumer sa bisexualité pour rencontrer des problèmes propre à cette orientation.

C’est ce qu’on appelle la biphobie.

« J’pourrais pas sortir avec un.e bisexuel.le, j’aurais trop peur qu’iel me trompe avec une personne du sexe opposé. »

Infidèles, instables, libertin.e.s, indignes de confiance, je ne compte plus toutes les remarques que j’ai pu entendre à l’égard des bisexuel.le.s. Visiblement nous sommes une sorte de démon du mal prêt.e.s à pervertir tout être humain.

giphy1

Alors, mettons donc les points sur les « i ». Les personnes bisexuelles :

  • ne traversent pas une « phase » : quand bien même ce serait le cas (parce qu’une orientation sexuelle peut évoluer), ça reste réel au moment où c’est revendiqué.
  • ne sont pas « confus », « instables » : alors n’aimer qu’un seul genre fait des autres des gens stables ? Quel genre d’absurdité est-ce donc ? Être confus ou instable, c’est se poser des questions. Les bi.e.s ne se posent pas de question, iels sont bi.e.s. Par définition, iels ont trouvé la réponse à leur question.
  • ne doivent pas faire de choix :  si un.e bi.e finit sa vie avec un homme ou une femme, ça ne fera pas de lui un.e hétéro ou un.e homo, juste quelqu’un d’engagé dans une relation durable, ça ne fait pas subitement disparaître les potentielles attirances qui subsistent.
  • n’ont pas des besoins sexuels plus ou moins importants que les autres : ça, ça dépend juste PAS de l’orientation sexuelle, qui que l’on soit.

« T’es bi.e ? Impossible, t’es sorti.e qu’avec des mecs. » (et inversement)

Alors. Déjà, il faut nuancer orientation sexuelle et orientation romantique. Si elles vont de paire pour beaucoup de gens, ce n’est pas le cas de tout le monde. On peut être bisexuel.le et hétéro-romantique, par exemple. C’est-à-dire, tomber amoureux.se ou plutôt être capable d’entretenir des relations sentimentales avec des personnes du sexe opposé, mais être sexuellement attiré.e par d’autres genres.

Et comme suggéré précédemment, une personne bisexuelle qui n’a jamais couché avec des hommes, admettons, peut tout à fait légitimement être bisexuelle quand même. Nombreuses sont les personnes hétéros/homos qui ont su leur orientation sexuelle avant d’entamer des relations sexuelles avec les personnes qui les attiraient. Bon bah voilà, quand on est bi.e, c’est pareil !

 

Ma bisexualité à moi.

Si je me permets de parler de ce sujet c’est parce que, vous l’aurez surement compris si vous n’étiez pas au courant : je suis bisexuelle.

hypertrophie_02

Je l’assume assez ouvertement depuis un bon moment, et je suis à l’aise à l’idée d’en parler. Je n’ai jamais fait de « coming out », parce que je n’en ai tout simplement jamais ressenti le besoin.

Je choisis le terme de bisexuelle parce que je n’envisage pas du tout une relation de la même manière selon le genre de la personne que j’ai en face de moi. C’est la PRINCIPALE raison. Je ne me reconnais pas dans le terme de pan parce qu’il suggère une « invisibilisation » du genre de la personne dans l’attirance, et c’est pas mon cas.

Je suis encore assez influencée par mon éducation hétéro-normée, et j’ai tendance à être beaucoup plus timide/maladroite/ »omagadkesskisspass » avec les femmes parce que je manque d’expérience et j’ai beaucoup moins de modèles et donc de codes sociaux dans la pop culture, toi-même tu sais. Et aussi comme tout le monde part du principe que tout le monde est hétéro, c’est dur de savoir si une meuf veut sympathiser avec moi ou si c’est plus que ça, vous voyez. Et j’ai cru jusqu’à mes 17 ans environ être hétéro, donc ça a aussi joué.

Bref, si vous vous posez des questions sur le sujet, n’hésitez pas à me contacter (notamment sur twitter ou curiouscat (liens à la fin de l’article), je me ferai un plaisir de vous aider.

 

CONCLUSION

Comme à l’école.

Il y a pleeeein de façons d’être bisexuel.le, et toutes ces façons sont légitimes. Si quelqu’un vous dit qu’iel est bisexuel.le, alors c’est qu’iel l’est.

Voilà.

P.S. : Avoir une journée internationale, c’est super important, parce que c’est l’occasion rêvée pour attirer l’attention sur une orientation méconnue et prise à la légère. On peut relayer des infos, parler de nous, INFORMER QUOI. Sinon toute cette semaine c’était la semaine de la bisexualité, donc vous avez encore le week-end pour vous rattraper ;). (Je rigole bien sûr, vous avez tout le reste de l’année, faites pas les bolosses.)

 

BISOUS LES P’TITS LOUPS

65641-baby-bye-bye-bye

 


Contactez moi ♥ :

Twitter : https://twitter.com/Lou__wizz

snapchat : lou-wizz

curiouscat : https://curiouscat.me/Lou__wizz

Instagram : https://www.instagram.com/lou.wizz/

3 réflexions sur “Bisexuakecé ?

  1. Renaud dit :

    Salut ! Je viens de lire ton chouette article, je voulais juste nuancer un passage.

    Dans les raisons de se dire bi.e (plutôt que pan) tu dis :
    « On parle d’attirance sexuelle, et il n’y a que deux sexes  »
    Et bah … pas vraiment en fait. Les personnes intersexes (ou intersexuées) naissent avec des caractères sexuels hors de la binarité « attendue » si je puis dire.
    Du coup je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de mettre au moins une mention de ceci.

    Merci pour ton article, et ton attention !

    J'aime

    • intersectionnelle dit :

      Hey !
      Tu as tout à fait raison, je n’y avais pas pensé, et c’est très dommage, j’ai encore des progrès à faire sur certains points. 🙂
      Je corrige ça au plus vite, merci beaucoup pour la remarque et tes retours. 😉

      Bonne journée 😉

      J'aime

  2. Perplexe dit :

    Ça fait plusieurs fois que je lis ton article et je le trouve toujours autant cool, intéressant et «  » » »pédagogique » » » ». Continue ainsi, gros poutous.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s